Présentation de l'Association des Conservateurs des Musées de Franche-Comté   |  Guide de visite  |  Librairie  |  Contactez-nous  |  Lettre d'information |  Ok
 
 
Expositions & Evènements Invitation aux voyages A la découverte des collections Nos musées
 
 
Musée Courbet  Expositions et animations  Collections  Info. pratiques  Librairie
 
 
Accueil > Nos musées > Musée Gustave Courbet > Collections  
 
Exposition permanente
Un parcours autour de la vie et de l’œuvre de Courbet

La diversité des collections de l’exposition permanente composées de 75 œuvres restaurées, permet d’aborder toutes les périodes de la vie du peintre et de comprendre son œuvre fortement liée à sa vie, ses idées et les paysages de la vallée de la Loue. Le parcours à la fois chronologique et thématique est structuré autour de trois étapes importantes :

1819-1848 : Courbet, d’Ornans à Paris
Sa famille, sa formation, la tentation romantique, ses liens avec le milieu ornanais et la bohême parisienne.

1849-1851 : Rupture et affirmation d’une esthétique nouvelle
Avec « L’après-dînée à Ornans » puis la trilogie du salon de 1850, « Les casseurs de pierres », « Les paysans de Flagey » et « Un enterrement à Ornans », Courbet change la scène artistique et le cours de l’histoire de l’art de manière irrémédiable. Ces manifestes font rupture avec la tradition picturale et déclenche une véritable guerre entre les critiques d’art.

1852-1877 : Courbet, chef de file de la modernité, du réalisme à l’impressionnisme
Courbet révolutionne le monde de l’art en présentant des œuvres au sujet populaire réalisées dans de grandes dimensions. Techniquement, il se libère aussi de la tradition picturale et accompagne le pré-impressionnisme.
Les œuvres accompagnées d’archives et de photographies retracent le contexte politique et artistique de l’époque. Elles permettent une réelle et vivante compréhension du milieu auquel appartenait Courbet et de l’influence que l’artiste eut sur l’art de son temps.



En 2014, la collection permanente du musée Courbet s’enrichit de tableaux de Gustave Courbet provenant du musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon.
Elles resteront à Ornans pendant la durée des travaux de rénovation du musée de Besançon.

Œuvres prêtées par le musée des Beaux-arts et d’archéologie de Besançon, qui ont rejoint le musée Courbet :

Gustave Courbet
Le ruisseau de la Brême, 1865
Le ruisseau du Puits Noir, v. 1865
Copie d’un autoportrait de Rembrandt, 1869
Le pont de Saint-Sulpice sur l’Areuse, près de Fleurier, 1873
Bord du lac Léman, 1874
Paysage composé, source dans les rochers du Doubs, 1871
• Braconniers dans la neige, 1864
• Autoportrait de Gustave Courbet, huile sur toile, v.1850
Le Gour de Conche, huile sur toile, 1864

Entourage de Courbet
Paysage de Franche-Comté, 1870-75

Jules Dalou
Buste de Gustave Courbet, 1887-90


Acquisition du Chêne de Flagey, œuvre exceptionnelle de Gustave Courbet
Après une année consacrée à négocier et réunir les fonds nécessaires à l’achat du Chêne de Flagey à un collectionneur japonais, cette œuvre emblématique de Courbet prend place au musée dédié au peintre, propriété du Conseil général du Doubs, labellisé «Musée de France» et «Maison des illustres».

Peint en 1864, le Chêne de Flagey avait quitté la Franche-Comté à la fin des années 1880 pour les États-Unis. Racheté par un collectionneur japonais, il était à Tokyo depuis 1987. Apprenant qu’il était mis en vente, le Conseil général du Doubs a saisi cette occasion exceptionnelle pour le faire revenir en France sur son lieu de création.

Grâce au mécénat, à la souscription publique, au soutien du ministère de la Culture et de la Communication, de la Région Franche-Comté et d’autres collectivités régionales, ce tableau unique, classé œuvre d’intérêt patrimonial majeur, vient enrichir la collection permanente du musée.

 
Télécharger le dossier de presse sur le retour du Chêne de Flagey (PDF, 3,9 Mo)

Autoportrait à Sainte-Pélagie, Gustave Courbet
1871, huile sur toile


"Pour peindre un pays, il faut le connaître.
Moi je connais mon pays, je le peins,
les sous bois, c’est chez nous.
Cette rivière, c’est la Loue,
allez-y voir, et vous verrez mon tableau."

Gustave Courbet


Le peintre Gustave Courbet est né le 10 Juin 1819 à Ornans.
Il arrive à Paris à vingt ans et devient, de triomphes en échecs, le maître de l’Ecole Réaliste et le grand rénovateur de l’art occidental, créateur de l’Art Vivant.
Il participe à la commune, dans le courant des idées du philosophe Proudhon. Condammé, emprisonné, il s’exile à la Tour de Peilz où il meurt en 1877. Il repose dans le cimetière d’Ornans, proche de sa maison.
















Acquisition du Chêne de Flagey, Gustave Courbet, 1864
 
   
Archives | Les petits plus ! | Plan du site | Association des conservateurs | Nos partenaires             Mentions légales | Crédits