Présentation de l'Association des Conservateurs des Musées de Franche-Comté   |  Guide de visite  |  Librairie  |  Contactez-nous  |  Lettre d'information |  Ok
 
 
Expositions & Evènements Invitation aux voyages A la découverte des collections Nos musées
 
 
Le muséum  Collections  Carnet rose  Pédagogie  Librairie  Info. pratiques
 
 
Accueil > Nos musées > Muséum d'histoire naturelle de Besançon > Le muséum  
 
Muséum d'histoire naturelle de Besançon

Découvrir et comprendre la biodiversité
Unique et inattendu dans le site historique de la citadelle Vauban, le Muséum d’histoire naturelle de Besançon est bien connu du public pour ses collections vivantes.

Ses secteurs animaliers récemment rénovés, présentent des collections variées d’insectes, de poissons, d’oiseaux et de mammifères au sein de 4 secteurs : un Insectarium, un Aquarium, un Noctarium et un Jardin zoologique.

Mais le Muséum c’est aussi divers espaces d’expositions entièrement consacrés à la biodiversité et à son environnement. Enfin, c’est une institution publique labellisée "Musée de France" qui gère d’importantes collections de sciences naturelles (animaux naturalisés, herbiers, etc.) et de sciences de la terre d’origines universitaires, mais également d’Ethnologie Africaine.



Un musée vivant aux multiples facettes
Le muséum de Besançon est unique et inattendu dans un site historique hors du commun.

Il est difficile de résumer un tel service culturel. On peut cependant préciser quelques chiffres qui vous donneront une petite idée d’une telle entreprise ouverte toute l’année :

6 espaces d’expositions permanentes en intérieurs et en extérieurs sur plusieurs hectares : L’Aquarium, l’Insectarium, le Climatorium, le Noctarium, le Parcours de l’Evolution et le Jardin Zoologique.



5 réserves d’une surface totale de 500 m² environ : Pour les collections de botanique, de vertébrés, d’invertébrés, de paléontologie et d’ethnologie africaine.


2 laboratoires d’élevages, 2 cuisines pour la préparation du nourrissage des animaux, 2 chambres froides et 2 chambres réfrigérées, 1 fauverie, 1 singerie, une salle de conservation/taxidermie, etc.

Les ressources humaines propre au muséum comptent à ce jour 26 personnes à temps plein : 3 conservateurs, 2 techniciens animaliers, 20 soigneurs animaliers et 1 responsable administratif.





Le Naturalium
à partir du 23 juin 2017
Le Muséum de la Citadelle de Besançon inaugure en 2017 le Naturalium, un nouvel espace entièrement consacré à la biodiversité.
En complète symbiose avec les différents espaces animaliers du Muséum (Jardin zoologique, Aquarium, Insectarium et Noctarium), le Naturalium répond, dans une scénographie immersive et accessible à tous, dès l’âge de 7 ans, aux grandes questions et enjeux actuels :
Comment évolue le Vivant ?
Quels sont les liens de parenté entre espèces ?
Et surtout, qu’est-ce que la biodiversité et quelles sont les menaces qui pèsent sur elle ?

Avec le Naturalium, le Muséum s’appuie sur la richesse de ses collections patrimoniales, vous permettant ainsi de découvrir des spécimens de zoologie, de botanique et de paléontologie dont certains n’ont jamais été exposés. L’ensemble est complété par des supports multimédias, des manipulations et des outils de médiation, avec une alternance d’ambiances immersives (reconstitution d’une prairie franc-comtoise, d’une cabane d’affût ou d’un salon-cuisine restituant l’environnement quotidien) ou instructives.

En adéquation avec trois de ses grandes missions que sont la diffusion des connaissances, la conservation et la présentation du patrimoine scientifique et naturel, le Muséum se trouve directement concerné par les enjeux de la biodiversité. Il a ainsi à coeur de sensibiliser ses nombreux publics à la richesse de la biodiversité tant locale qu’internationale, son évolution, les menaces qui pèsent sur les milieux et les espèces et les actions permettant de les préserver. Ce nouvel espace s’adresse particulièrement aux familles avec enfants dès 7 ans, aux groupes scolaires, aux publics étrangers, aux personnes en situation de handicap mais également aux visiteurs avertis.
> Télécharger le dossier complet (PDF, 12,6 Mo)



Zoospective, le règne animal
Exposition de sculpture animalière / Mauro Corda
Du 1er avril au 15 juillet 2018

En 2018, dans le cadre du 10ème anniversaire de l’inscription des fortifications de Vauban sur la liste du Patrimoine mondial par l’UNESCO, le Muséum de Besançon propose une exposition inédite faisant dialoguer l’œuvre contemporaine de Mauro Corda avec celle de grands noms de la sculpture animalière du XIXe et du début du XXe siècle : Antoine-Louis Barye, François Pompon, Rembrandt Bugatti...
Près de 90 pièces au gré d’un parcours en extérieur et d’une exposition en intérieur.

Au cœur du règne animal
La Citadelle offre un écrin idéal aux espèces « en voie d’apparition » de Mauro Corda. En effet, le Muséum nourrit une réflexion sur l’état et la préservation de la biodiversité, ainsi que la disparition massive de certaines espèces. En écho avec l’exposition permanente du Naturalium, l’artiste alerte sur les choix actuels et les enjeux pour l’humanité de demain : la manipulation génétique, le rapport à la norme, la bioéthique, la responsabilité, etc.

Avec une expérience de plus de trente ans dans la sculpture animalière, Corda axe principalement son œuvre sur le biomimétisme et le « règne animal » mis à mal par l’humain. Dans ses œuvres hybrides, souvent monumentales, l’artiste joue sur les réunions harmonieuses de plusieurs animaux telles l’Autruche-girafe, la Girafe-cerf, le Petit chameau yack, le Phacochère-antilope, etc. Ces chimères, par la noblesse de leurs matériaux (bronze blanc, bronze nickelé, aluminium, etc.), le rendu de leur musculature ou leur posture, paraissent souvent en tension mais jamais monstrueuses. Qu’elles soient stylisées dans le style cubiste de Pablo Picasso, amputées ou emprisonnées dans des cages de perles, elles révèlent une force et une drôlerie non dénuées d’une certaine tendresse.

La Citadelle prise d’assaut
Zoospective se déploie dans l’enceinte de la Citadelle vous invitant à un safari d’un genre nouveau. Le parcours débute au détour du Front Saint-Etienne sous l’œil d’un groupe de Chauves-souris suspendues à la voûte. Un Gorille- taureau installé dans le parc des vigognes indique ensuite aux visiteurs la direction à prendre. Plus haut, dans le parc des Nandous de Darwin, l’Autruche-girafe trône fièrement du haut de ses 2,38 m. Perchée sur la demi-lune, la Sauterelle géante semble prête à bondir. Puis, à l’entrée, au pied de l’administration sur un parterre de pelouse, c’est l’Ours-Morse rugissant qui fait face aux visiteurs. Le Rat en aluminium, long de plus de 3 m, surveille, perfide, les passants depuis le toit enherbé de l’ancienne poudrière, entre la Chapelle Saint-Etienne et le Noctarium. Pour terminer cette expérience immersive, le Barracuda dans l’Aquarium, impuissant, comme pris au piège derrière ses filets de perles.

Révolution animale / La parole aux animaux / À la frontière du réel
Le cœur de l’exposition, axé sur l’évolution du travail de Corda, est à découvrir dans le Hangar aux Manœuvres. Les animaux, représentés sous forme de pièces hybrides, de trophées en fonte de fer, de pièces amputées semblent vouloir prendre leur revanche sur les hommes. Le parcours de l’exposition s’articule comme un dialogue entre plusieurs figures majeures de la sculpture animalière : Antoine-Louis Barye (1795-1875), de François Pompon (1855-1933) et de Rembrandt Bugatti (1884-1916). Cette arche de Noé insolite a été enrichie par les prêts de plusieurs musées français et a reçu le soutien de Bouygues Construction Nord-Est.

Horaires et tarifs
L’exposition est accessible aux visiteurs tous les jours pendant les heures d’ouverture de la Citadelle.
> Entrée gratuite pour les détenteurs d’un billet ou d’un abonnement Citadelle.
> Plein tarif : 5 € ; tarif réduit : 3 € ; gratuit pour les moins de 8 ans.

 
Télécharger le dossier complet (PDF, 3,2 Mo)

Bio’divertissez-vous !
Week-end de la Biodiversité
Dimanche 20 et lundi 21 mai 2018
(Pentecôte et Fête de la nature)

Depuis de nombreuses années, le Muséum de Besançon s’investit dans la conservation et la reproduction d’espèces menacées. Le temps d’un week-end festif et scientifique, il donne rendez-vous au public pour lui faire découvrir la biodiversité locale et mondiale. En 2018, les oiseaux d’ici et d’Asie sont à l’honneur.

Au programme, des animations et ateliers, des jeux et activités de découverte, des visites thématiques, des rencontres avec les équipes, ou encore des échanges avec différentes associations et institutions. Un événement ludique, participatif… et utile !
 
   
Archives | Les petits plus ! | Plan du site | Association des conservateurs | Nos partenaires             Mentions légales | Crédits